vent d’autan

je suis montée sur la plus haute montagne et je me suis assise près d’un grand chênes, cherchant un peu l’ombre, ses feuilles volaient au vent, j’ai fermé les yeux et je me suis laissé caresser par la douceur du zéphir, ce vent m’enveloppait d’une main chaude et décidée. J’étais à la limite du rêve et de la réalité,je me sentais prise, comme envoutée par Eole. Je sentais ce qui m’entourait, je pouvais l’effleurer du bout des doigts.

je ne peux pas dire si j’étais consciente mais je me suis éffeuillée sous les yeux du ciel, des risées de sirocco m’ont entièrement dévétue, la rudesse de l’arbre, le chant des feuilles et les rais de lumière me rappelaient ou j’étais mais l’envie était forte, plus forte, trop forte, je ne pouvais que succomber à cette tentation, il le fallait.

mes cheveux de jais ont volé au vent, je me sentais forte, redressant la tête les yeux embués d’ondes colorées et gonflant la poitrine, je tentais de le dompter mais ma nudité m’offrait toute entière à des milliers de doigts cherchant à découvrir chaque repli de ma peau, je ne peux rien lui cacher, il me connaît, me reconnaît mieux que moi, j’ai déjà vécu cette sensation troublante, mon corps ne m’appartient plus.

la poitrine dressée par l’envie, les lèvres gonflées par le désir, je sens des spasmes, les alizés me prennent entrecoupés de de bouffées, de bourrasques, je suis ailleurs, je sens le cyclone montée en puissance, mes mains agrippent les branches rugueuses mais tellement douces, je me laisse aller dans ce moment d’extase pur et absolu, le vent marin est en moi. je suis inondée de bonheur, j’ouvre les yeux, je m’assieds, j’appécie cet instant, quelle savoureuse défaite…

S….

 


Autres articles

Répondre

Les élèves de CM2, classe d... |
Ingeniero en Agricultura |
SBS Life |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Yvon Delvoye
| APHRODITE ET LES SOIREES SE...
| Ils ont fait la Révolution !