larmes d’automne

elle s’est arrêtée,  je l’ai laissé s’éteindre

pauvre de moi, même pas le temps de la peindre

et je sais bien que je ne suis pas à plaindre

tôt ou tard elle savait que je n’aurais su feindre.

 

l’amour est ainsi fait et cupidon le sait

beaucoup de bancs ne sont garnis que de regrets

un voile de fleurs, un baiser, une psyché

ces sentiments ne seront pour moi désormais

 

qu’un vieil amas de feuilles mortes abandonnées

aux caprices des vents, aux caprices du temps, je sais

que je continuerais à oser espérer

que ton regard sur moi viendra se déposer

D….

 


Autres articles

Répondre

Les élèves de CM2, classe d... |
Ingeniero en Agricultura |
SBS Life |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Yvon Delvoye
| APHRODITE ET LES SOIREES SE...
| Ils ont fait la Révolution !