sans paroles

Aujourd’hui, il fait beau, le soleil gris brille sur le fond noir du ciel découpé par un arc-en-ciel au couleur indéfinies.

Je ne suis pas encore sorti ; j’ai oublié où se trouve la porte et on a oublié de mettre des poignets sur les fenêtres blindées. Tout est désert autour de moi.

J’aimerais être embêté par une mouche mais l’on a prévu aucune capsule d’oxygène pour elle. Il n’y a plus d’animaux, plus de plantes et je ne les connais que par des livres ou des films qui datent de plusieurs siècles.

Nos corps se meuvent sous du plastique et je ne connaitrais jamais la douceur de la soie ou la chaleur de la laine.

J’entends des pas dans le couloir, est-ce ma pensée qui me joue des tours ou est-ce que l’on vient me tenir compagnie ? La porte s’ouvre, un homme entre, j’aperçois sa silhouette et l’image s’éteint.

Je suis sur le point de devenir fou…

L’intelligence des hommes m’a tué et je n’aurais jamais voulu naître ; nous avons oublié de vivre avec ceux qui nous entourent, nous avons oublié de les aimer.

DM

 


Autres articles

Répondre

Les élèves de CM2, classe d... |
Ingeniero en Agricultura |
SBS Life |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Yvon Delvoye
| APHRODITE ET LES SOIREES SE...
| Ils ont fait la Révolution !