Archives pour la catégorie tristesse

la guerre des enfants

2 enfants sont passés devant moi sans même me voir. Ils couraient vers une maison en flamme : c’était leur maison.

Leurs parents sont sans doute morts et si personne ne les aime, ils prendront également les armes pour le défendre, se venger, se protéger.

Des soldats s’ameutent autour de moi, j’entends tirer au loin, j’entends des cris, j’entends des pleurs. Les rues sont jonchées de morts innocents, d’assassins trahis dans leurs âmes pour un lopin de terre, une idée, une différence.

Pour moi, c’est une journée chaude et sanglante ou les uniformes et les hommes armés sont maîtres, maître de quoi ? ce sang qui sèche au soleil laissera une trace indélébile qui ne pourra s’éffacer qu’au fil du temps, j’ose l’espérer. Mais pour tous ces enfants c’est une journée comme les autres, comme hier, comme demain ; Ils n’ont vécu que ça et si personne ne prend le temps de leur apprendre la vie autrement, ils ne connaîtront que la guerre et mourront comme leurs parents sans être sur que leurs enfants connaissent un jour leur véritable terre ou tout simplement la paix.

DM

soirée solitude

Enveloppé dans mon linceul, je me sens seul,

attiré par les ptérodactyles, je défile,

une nuit sans étoiles, j’éteinds, je mets le voile,

je vais apprendre les images pour en rêver.

 

je savais, j’aurais du inviter cette fée

mais je l’ai évité et ne l’ai plus croisé

quelques amies, les meilleures et pourtant si seul.

je dois prendre le large, tenter d’être moins seul

 

mais le temps, le courage manqueront surement

et si je me perds en route, je trouverais sans doute

des fous, des sages qui me diront tranquillement

 

que mon chemin est tracé et là où je vais,

plus de réserve, plus de doute, c’est bien cette route

qui méne ou ? ou je ne veux pas vraiment aller.

D….

Mômes perdus

Entendez-vous au loin le cri de ces enfants 

Ces cris ou plutôt cet appel, ce désarroi 

Qui flotte au dessus des gens, au dessus du temps, 

Ils ont tout perdu, orphelins sans toi ni loi 

Se nourrissant avec satiété de rancœur 

Et dans leurs yeux, la haine a remplacé la peur.

            

Pourront ils un jour sentir la tendresse, l’amour,

Simplement vivre dans une paix retrouvée,

Loin de leurs armes, de leurs pleurs et, au détour

d’un chemin penser main dans la main, se lever

tous ensemble et d’une seule voix, d’un seul refrain

d’une seule étreinte, d’un baiser, penser à demain.

D….

Les élèves de CM2, classe d... |
Ingeniero en Agricultura |
SBS Life |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Yvon Delvoye
| APHRODITE ET LES SOIREES SE...
| Ils ont fait la Révolution !